Fonctionnement de l’oeil

Le fonctionnement de l’œil


L’œil est un organe qui permet de transformer la lumière en influx nerveux et qui peut être assimilé à un appareil photographique ou à une caméra. Il est composé par la rétine qui capte une image passant par le système optique puis par le système nerveux pour atteindre le cerveau. Ce dernier transforme les informations ainsi obtenues en image.

De quoi est formé l’œil ?

La cornée :


L’œil est avant tout formé par la cornée, une membrane transparente qui a pour rôle de laisser passer les rayons lumineux dans l’organisme grâce à une épaisseur de 0,5 à 0,8 mm. Elle est destinée à faire converger la lumière vers la rétine et est protégée de la saleté par le clignement régulier des paupières ainsi que par la sécrétion lacrymale.

La sclérotique et l’iris :

L’œil est aussi formé, protégé et délimité par la sclérotique, une membrane tendineuse de 1 à 2 mm d’épaisseur. Il y a également l’iris, un diaphragme optique parmi les corps ciliaires. De nombreux vaisseaux passent par lui pour donner la couleur des yeux grâce à la mélanine.

Le corps ciliaire, l’uvée, le cristallin :

Il y a également le corps ciliaire, l’uvée ainsi que le cristallin derrière l’iris, qui lui a deux faces bombées, et qui comprend un massif épithélial avec des cellules hexagonales. Il a pour rôle de séparer la chambre antérieure à la postérieure.

La rétine :

C’est le tissu nerveux situé sur la choroïde qui reçoit la lumière. La rétine est vascularisée et formée par des récepteurs photosensibles reliés à des cellules nerveuses. Elle est également formée par 3 couches de neurones où celle qui est située à l’extérieur est formée de photorécepteurs avec un pigment photosensible. Elle transforme l’énergie lumineuse en énergie électrique qui est par la suite transmise au cerveau.

L’œil, un appareil photographique ou une caméra

La lumière passe par la cornée pour atteindre la rétine tandis que le cristallin s’occupe des différents ajustements pour que la focalisation soit parfaite. La relaxation des tendons fixant le cristallin à l’intérieur du globe oculaire ainsi que la mise sous tension permettent de modifier la courbure pour permettre cette focalisation. Le globe oculaire prend alors une forme bombée pour que la perception des objets à une petite distance soit plus nette. Il s’aplatit également pour que les objets placés plus loin soient facilement perceptibles.

La pupille est l’espace situé au milieu de l’iris qui sert de diaphragme pour réguler la lumière pénétrant dans l’œil. Le muscle formé par des fibres radiaires permet de l’élargir tandis que celui avec des fibres musculaires permet de le rétrécir. En se référant à un appareil photo, c’est le diaphragme qui détermine l’ouverture de l’objectif.

La transmission de l’image vers le cerveau


La première couche de la rétine est composée de photorécepteurs qui sont des cellules nerveuses spécialisées. Il y a ceux qui ont la forme de bâtonnets pour reconnaître l’intensité de la lumière et ceux en forme de cône pour les couleurs. Chaque forme de cellule est responsable de la modification de la forme, mais aussi de la réaction chimique au niveau des photorécepteurs. Ces derniers transmettent alors un signal électrique vers les cellules de la couche intermédiaire.

Les messages sont réunis par les cellules bipolaires de cette deuxième couche avant le transfert vers la dernière, formée par des cellules ganglionnaires. Lorsque l’enregistrement est terminé, l’image passe par le chiasme pour enfin atteindre le cortex et fidèlement reproduire l’image.

Dans le cortex, l’image passe par différentes aires corticales avant d’aboutir à la voie dorsale se terminant par le lobe parétial en ce qui concerne la vue de l’espace. Pour celle de l’objet ou de personnes, elle passe par la voie ventrale et se termine dans le lobe temporal.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.