Symptômes et signes caractéristiques de l’uvéite


L’inflammation de la couche intermédiaire de l’œil, la couche uvéale ou l’uvée est appelée « uvéite ». Elle est formée par l’iris, la choroïde et le corps ciliaire. La forme la plus fréquente de ce problème oculaire est l’iritis ou uvéite antérieure. Il y a aussi l’uvéite intermédiaire et celle dite postérieure en fonction de la partie concernée. Sa complication peut entraîner la perte définitive de la vue d’où l’importance de la prévention.

Les premiers signes de l’uvéite

En cas d’uvéite, le patient a l’impression que des halos se forment autour des lampes et ressent en même temps de fortes douleurs dans ses yeux au contact de la lumière, ce qui entraine la photophobie.  Sa vue est aussi perturbée par des « mouches volantes » ou des corps flottants. Ses yeux peuvent ainsi devenir rouges tandis que sa pupille se dilate (myosis).

Pour un patient atteint d’uvéite postérieure,  la douleur n’existe quasiment pas à cause de l’absence de fibres nerveuses. Les signes peuvent toutefois apparaitre au niveau des deux yeux ou seulement d’un seul œil. Leur apparition peut être soudaine et la complication peut être rapide.

Signes et symptômes des uvéites antérieures


Les uvéites antérieures ou « iritis » touchent la partie antérieure de l’œil, se caractérisant par la réduction modérée de la capacité visuelle.  Dans certains cas, la vue peut être normale, mais s’accompagne de douleurs, de larmoiement, de photophobie, ou de blépharospasme.

Lorsque l’œil devient rouge, un cercle périkératique l’accompagne c’est-à-dire que les vaisseaux ciliaires sont dilatés. La cornée devient également claire et n’est pas ulcérée tandis que la pupille est en myosis. Pour cette forme, il n’y a pas de sécrétions purulentes.

D’autres signes peuvent aussi apparaitre à la lampe à fente, un microscope équipé d’une fente lumineuse directionnelle, comme la présence marquante des protéines et de cellules inflammatoires dans l’humeur aqueuse. Ils sont en suspension et ressemblent à des grains de poussière lorsqu’on les grossit au microscope.

Signes et symptômes des uvéites intermédiaires



Les « mouches volantes » sont les signes précurseurs des uvéites intermédiaires ou « pars planite ». Elles peuvent persister durant des jours ou des semaines et peuvent également récidiver chez un même patient. Cette forme d’uvéite n’est pas très fréquente, mais elle demande toujours vigilance puisqu’elle est insidieuse. Elle ne touche que 4 à 20% des patients et se trouve surtout sur la rétine antérieure, la pars plana, mais aussi sur la base vitrée.

En cas d’uvéite intermédiaire, l’œil est calme vue de l’extérieur et l’inflammation du segment antérieur est assez modérée. Quoi qu’il en soit, diverses anomalies sont détectées au niveau du segment postérieur. La lésion de la vitre se manifeste par exemple par des opacités en boules de neige et le reste du corps vitré est enflammé.

La partie périphérique de la rétine peut aussi être atteinte par les uvéites intermédiaires. Des exsudats peuvent apparaitre en banquise tout comme de la vascularité. Les causes en sont multiples, mais dans 30% des  cas, ce type d’uvéite est dû à des maladies systémiques, à des infections parfois idiopathiques.

 Signes et symptômes des uvéites postérieures

Les uvéites postérieures touchent principalement la choroïde au fond de l’œil. Elles se distinguent par une baisse de la vision à cause d’un hyalite ou trouble vitréen. La localisation maculaire d’un foyer en est également la cause.

Ces uvéites se manifestent aussi par un scotome traduisant le foyer choriorétinien c’est-à-dire l’altération d’une partie du champ visuel. Parmi ses symptômes, il y a les myodésopsies impliquant la vue « mouches volantes ». La vision peut également être déformée à certains moments, ce que l’on appelle « métamorphopsie ». Sinon, le patient ne ressent aucune douleur sauf si l’uvéite postérieure s’associe à celle qui est antérieure touchant l’iris.

(4 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • Ellie on 13 mai 2013 at 22 h 08 min
    • Répondre

    Erratum : une pupille qui est dilatée est en mydriase, une pupille qui est serrée est en myosis.

    • sara on 18 juillet 2015 at 7 h 15 min
    • Répondre

    bonjour,
    – depuis juillet 2013, après un (élargissement) de l’iris l’œil droit = je vois flou de plus en plus, et des douleurs qui me serre l’œil , quand j’appui sur mon œil je souffre de mon œil droit ,
    -mon œil droit, il est larmoie, la lumière me gène énormément ,
    – il y a souvent une sorte de mouche flotante de devant ma vue = je dois rester dans le noir pour me calmer
    – je trouve mon œil droit a changer de taille , des vaisseaux dilatés, je ne sais pas pourquoi, les ophtamologues ne me guident pas à savoir …?
    plusieurs fois que je trouve en soucis grave l’œil plein de sang = les urgences me font attendre à force d’attente j’abandonne, les ophtalmologues n’ont jamais le temps et m’envoie vers les urgences…= comment dois – faire donc …? à qui dois-je m’adresser ? VERS QUI ALLER ?
    Merci à me répondre
    sara
    18/07/2015

      • emmanuelle on 31 juillet 2015 at 15 h 31 min
      • Répondre

      bonjour sara
      tu habites dans quelle région???
      car j ai un ophtalmo super…
      courage
      emmanuelle

    • paola on 27 janvier 2016 at 0 h 40 min
    • Répondre

    Ce soir j’ai l’oeil rouge et ça me pique et je souffrede douleurs sacro iiliaquesque faut il penser ?

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.